Pourquoi écris-tu?

Pourquoi écris-tu?

C’est une question qu’on me pose très souvent.

Ou alors, on me demande: « Mais d’où te viennent tes histoires? »

A la question, pourquoi écris-tu, je n’ai pas vraiment de réponse.

En fait, je ne sais pas. J’ai toujours eu besoin d’écrire depuis toute petite, d’écrire mes ressentis, de raconter des histoires qui expriment mes sentiments. j’écris comme je respire, tout simplement, c’est naturel et je ne me l’explique pas. c’est quelque chose qui ne changera jamais. Je pense que le monde créatif et imaginaire que j’explore pendant l’écriture me pousse à continuer à écrire. Mais ça n’explique pas pourquoi j’écris. L’ouverture vers cet autre monde n’ en est juste qu’une conséquence.

Et à la question, d’où te viennent tes histoires

Là aussi, je ne saurais l’expliquer. C’est le mystère de la créativité. c’est pour moi une bénédiction de ressentir comme une envie très forte de s’isoler pour écrire des mots qui se bousculent dans ma tête, d’attendre très fort ce moment où on pourra les coucher sur papier et d’être enfin apaisée quand tout est expulsé. Puis ce moment d’isolement, où j’ entends les personnages entrer et faire la fête devant moi. Il est inexplicable. Il m’arrive de pleurer parfois avec mes personnages (c’est vrai!), comme lorsque j’écrivais j’avais hâte de rouler vers le bonheur, ou encore rêve plus haut que la tour Eiffel. Pendant ce temps, mes doigts ne cessent de s’activer mais jamais je ne trahis mes personnages. j’écris ce que je vois. Même s’ils traversent des moments difficiles.

Je ne sais pas d’où viennent ces personnages , comment ils viennent , ni pourquoi ils me choisissent.Mais j ‘ essaye de leur rester fidèle, d’obéir à ma créativité même si ce n’est pas toujours simple. Des idées sont parfois venues et ont continué leur chemin parce que j’étais occupée par autre chose ou parce que j’avais peur de ne pas trouver les mots… Mais je m’entraine à avoir moins peur, car le processus créatif est l’une des plus belles choses que j’expérimente au quotidien.

Mais si on me posait la question différemment:

Pour Quoi écris-tu? et non Pourquoi écris-tu?

Là, j’aurais peut-être un peu plus de matières à répondre.

Pour quoi les thèmes récurrents de mes livres sont la diversité et le vivre-ensemble?

Pour quoi j’écris des livres pour enfant?

  • Parce que la chasse aux différences est selon moi, le premier malheur de ce monde.
  • Parce que l’amour en est et en sera le plus grand remède.
  • Parce que célébrer la diversité est le plus bel outil que nous portons en nous pour donner la place de chacun autour de la table.
  • Parce que « les différences de chacun sont l’une des plus belles des raisons de s’ouvrir aux autres » (De j’ai mal à mes cheveux!) »
  • Parce que je veux contribuer à mon niveau à bâtir un monde plus juste pour nos enfants.
  • Parce que nos enfants seront nos adultes de demain.
  • Parce qu’ensemble, et avec nos différences, nous pouvons construire un monde meilleur.
  • Parce que je rêve que tous les enfants du monde aient la même vie que les miens (citation prise en partie dans rêve plus haut que la tour Eiffel!)
  • Parce qu’on est davantage tolérant, empathique lorsqu’on lit une histoire que pourrait vivre son voisin.
  • Parce que les vraies différences sont invisibles.
  • Parce que la diversité est notre plus belle ressource.
  • Parce que toutes les couleurs ont un éclat
  • Et aussi parce que je suis maman et que je rêve que mes enfants puissent plus tard aisément trouver leur place dans notre société .

Alors j’écris des histoires de vivre ensemble, d’inclusion , d’estime de soi et de confiance en soi.

Et parfois, il m’arrive de les dessiner…

« Nous serons forte toutes les deux et ensemble, nous changerons le monde » citation de rêve plus haut que la tour Eiffel !
(toile réalisée à l’aquarelle par moi 🙂

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Je suis Venessa Yatch, auteure de livres jeunesse.

Mes livres racontent la beauté de la diversité et la richesse de nos différences.

Pour prendre connaissance de mes ouvrages, c’est juste ici

Laisser un commentaire