La petite Lilas

« Lilas, c’est ma copine. Non, plus que ça, elle est ma meilleure amie! »

J’ai mal à mes cheveux!

Je vous parle toujours de khadi, l’héroïne de la série « je suis khadi », mais je me rends compte que je ne vous ai jamais présenté Lilas, sa meilleure amie.

Et pourtant, j’aime beaucoup Lilas.

Tout autant que Khadi, Lilas me touche énormément et j’ai beaucoup aimé l’écouter pendant l’écriture de « j’ai mal à mes cheveux! » et de « Rêve plus haut que la tour Eiffel! »

Dans j’ai mal à mes cheveux, Khadi fait part à sa maman du mal être qu’elle vit vis à vis de ses ses cheveux. Elle avoue d’ailleurs à sa maman qu’elle aurait aimé avoir les cheveux de Lilas, parce qu’ils sont lisses et tombent tout seul. Sauf qu’on apprendra dans le livre que Lilas n’a pas autant confiance en elle que khadi le croit.

La petite Lilas est venue à moi suite à un événement marquant de ma vie de maman. Ma fille qui avait alors 5 ans, m’expliquait pendant un dîner que sa copine lui avait annoncé qu’elle ne l’inviterait pas à son anniversaire parce qu’elle est noire!

Puis cette question qui ma marquera à jamais: « elle est blanche, et je suis noire, donc je n’ai pas le droit d’aller à son anniversaire? » je n’oublierai jamais le regard de ma fille non plus. Un regard pleins d’interrogations et d’incertitudes .Ma peau pose-t-elle problème, semblait-elle me demander? Dans tous les cas, ma fille a pris conscience de sa couleur ce jour-là, et surtout que celle-ci pourrait ne pas être anodine aux yeux de certains.

C’est dur à cet âge-là!

C’est dur à tous les âges de lire dans le regard des autres de la réticence, des préjugés. De vivre le rejets parfois, simplement à cause d’une couleur ou d’une quelconque différence. Le sang qui coule dans nos veines n’est-il pas rouge chez tout le monde? Alors pourquoi juge-t-on encore à l’apparence de nos jours?

Ce jour-là, j’ai discuté avec ma fille, en retenant mes larmes.

J’ai expliqué à ma fille que cette petite fille qui ne souhaitait pas l’inviter à cause de sa couleur de peau était dans l’erreur. Parce que la peau n’est qu’ un vêtement qui couvre ce que nous sommes réellement, notre identité, notre caractère. Que nos valeurs ne découlent pas de la couleur de notre peau, mais de notre éducation, notre culture, nos expériences, notre vécu… C’est un tout qui diffère d’une personne à une autre, une belle curiosité qui donne envie de découvrir qui on a en face de soi.

J’ai expliqué à ma fille que ce que nous voyons avec nos yeux n’est qu’une enveloppe, qui n’exprime rien sur les défauts ou les qualités d’une personne. Mais que ce qu’on voit avec le cœur lorsqu’on souhaite connaitre davantage l’autre, ce qui est « invisible aux yeux » comme disait Saint Exupéry est l’ essentiel, un trésor à cultiver et à partager.

  J’aurais souhaité que ta copine te donne une autre raison que celle de ta couleur peau, pour ne pas t’inviter, j ‘ai dit à ma fille. Ma fille m’a demandé pourquoi la maman de cette fille ne lui avait pas expliqué ce que je lui faisais comprendre à l’instant. Parce qu’elle ne sait pas, je lui ai répondu. Ou alors personne ne lui a dit, à elle aussi.                                                                        

C’est triste! a chuchoté ma fille.

C’est vrai! C’est si triste d’être replié sur soi-même et de vivre dans le préjugé. je parlerai d’ailleurs en ces termes à la maman de cette fille, qui s’empressera de s’excuser.

Je peux vous dire que j’ai pris conscience ce jour-là que je devais écrire et faire lire à nos enfants, quelque soient leurs origines, une histoire sur une petite héroïne noire, celle qui m’a tant manqué. Une héroïne qui ressemble à mes filles et qui vit dans un environnement d’aujourd’hui et non dans une savane ou dans une brousse, comme on le voit souvent. Et surtout il fallait absolument que cette héroïne ne soit pas seule, mais accompagnée d’une petite fille, différente de par sa couleur de peau mais semblable à elle dans son questionnement d’enfant. Lilas est donc venue à moi. Khadi et elle sont ensemble, comme nous devrions l’être tous.tes.

Je souhaite qu’à travers la série « je suis khadi! », les petits lecteurs de Khadi puissent découvrir et célébrer la beauté de la diversité de notre monde, sa richesse et ses magnifiques couleurs.

L’écriture est sans doute cette baguette magique que j’emploie pour lutter contre toutes ces discriminations que je trouve si injustes.

Transmettre les valeurs d’empathie, de vivre ensemble, de confiance en soi à travers des mots bienveillants est cette mission que je me suis confiée. Peut-être que Khadi et Lilas permettront à ce que des regards changent et soient différents? Peut-être que grâce à elles, les différences n’existeront plus?

Peut-être qu’à elle deux, elles parviendront à… changer le monde.Soyons fous!

Ce que je peux vous dire, c’est que je rêve avec ces deux petites filles… et encore plus haut que la tour Eiffel!

Pour découvrir La série « je suis khadi! » (j’ai mal à mes cheveux! et Rêve plus haut que la tour Eiffel!) il faut aller ici

 

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Coucou ma chère Venessa 💖.
    J’ai eu de la peine pour ta fille… Oui, aujourd’hui encore, il y a tant de préjugés… Et je dirai pour tout et même la plus insignifiante des différences… Hélas !
    Mais de cette triste anecdote que ta fille t’a raconté, tu en as fait ressortir une force… Oui, une force grâce à la naissance de Khadi et de sa meilleure amie Lilas…
    D’une tristesse, tu as fait ressortir le bien, la beauté de l’humain… L’humain qui sait tendre la main à son prochain sans aucun préjugés… Avoir juste le cœur et la bonté en soi…
    Ta fille doit être fière de sa Maman et bien-sûr d’elle-même… Grâce à toi et à tes filles, tu as su donner vie à Khadi…
    Khadi adresse un message d’amour et de tolérance à tous ses lecteurs… C’est fort je trouve ! Et rien que par l’écriture et de bien jolies illustrations ! Moi, je dis Bravo !
    Que la magie de Khadi continue de faire briller de joie les yeux de tous les enfants du monde entier…
    Je te fais de gros bisous ma chère Venessa 💖. Passe un bon dimanche 💕💕💕.

    1. venessayatch dit :

      Merci Cecile pour ce commentaire❤💜❤. Oui, la difference entraîne parfois le rejet et je trouve cela très injuste. De vivre cela enfant, encore plus. Mais comme tu le dis, j’ai tourné cela en quelque chose de positif et il le fallait. Ma minuscule contribution pour que les choses changent… gros bisous Cécile et bon dimanche à toi également.

Laisser un commentaire